décembre 6, 2022

La médiocre force de frappe des mécènes/managers burkinabè : une GROSSE balle dans le pied du secteur musical.

Il existe un phénomène intriguant depuis belle lurette dans le secteur culturel Burkinabè plus précisement dans la branche musique. Cela concerne les spectacles de nos artistes à l’étranger. La remarque est que rares de concerts ou spectacles à l’étranger sont organisés spécialement par le staff de nos artistes pour nos artistes, rares de concert individuels d’artiste burkinabè aux USA, en France, en Belgique, au Canada etc. La plupart de nos artistes ne font un spectacle a l’étranger que quand il ya un évènement de la diaspora, ou quand c’est un individu ou la communauté burkinabè résidant dans ce pays qui invite. Appart ça, rien. Silence radio.

Cette problématique nous pousse à nous poser la question de savoir : A quoi servent réellement les managers de nos grandes stars nationales? Pour des artistes nominés dans des cérémonies de reconnaissance internationale le rôle du manager serait quoi? Tenir leur carnet d’adresses et leur organiser des concerts dans les villes du Burkina uniquement ? Qu’est-ce qui empêche les managers de nos stars qui sont si fiers de leur rang, d’organiser un concert spécialement pour leur artiste au Mali? au Cameroun ? en Congo Brazzaville ? où mieux en France ou aux USA ? Pourquoi un artiste Burkinabè ne serai pas tête d’affiche a la Cigale ? Au Bataclan? Ou dans la célèbre discothèque BETA à Denver dans le Colorado?

Nous pouvons le faire ! Des artistes d’ailleurs, aux carrières relativement jeunes comme feu Arafat, Wizkid, Burna Boy, Didi B, ayant une côte dans leur pays similaire à celle de Floby, Dez Altino, Mai Lingani, Smarty, Amety Meria, l’ont déjà fait. C’est une grande étape à franchir dans la construction d’une carrière et il faut pouvoir y aller, surtout quand on a vraisemblablement plus rien a prouver dans son propre pays.

Le problème du manque de force de frappe de nos managers et mécènes à l’étranger est plus que manifeste quand on voit la manière dont la campagne de communication autour du concert de floby en côte d’ivoire est menée. Combien de fois avez vous vu des pages de médias sociaux parler de cet événement ? Combien de médias ivoiriens ont offert plateau a l’artiste ? Combien de personnalités Ivoiriennes ont publié pour soutenir ?

Le concert de floby au concert aurait pu être une occasion de promouvoir d’avantage la musique burkinabè auprès des ivoiriens, au lieu de celà l’accent est mis sur la mobilisation des burkinabè résidant en côte d’ivoire pour remplir le palais de la culture. Pour le futur de notre secteur musical cela doit cesser.
Chaque concert d’un burkinabè a l’étranger doit être l’occasion d’exporter notre musique et de conquérir de nouveaux sympathisants à notre culture, ça ne doit pas être uniquement une occasion de réunir nos frères a l’étranger.

Nos mécènes et managers sont encouragés à plus d’ardeur, à oser bousculer pour conquérir des horizons étrangers. Il faut oser pour demain, il faut oser pour le Burkina et les générations futures. Osons nous imposer aux autres par la qualité de notre travail et aujourd’hui c’est pas la qualité qui manque.

#JodalaBoss, Meilleur Blogueur Culturel du Burkina 2020

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :