décembre 7, 2022

A PROPOS DE L’IMPORTANCE ACTUELLE DES CDs DANS L’INDUSTRIE MUSICALE BURKINABÈ

Récemment nous avons vu AGOZO dans les rues pour vendre lui-même ces CD. Cette action n’est pas juste une autre prouesse humouriste de la part de l’artiste. Ça dénote un vrai problème de l’industrie musicale. Parmi les artistes qui font sortir de nouveau albums, que ce soit des artistes devanciers comme les plus jeunes, de plus en plus penchent pour une distribution numérique de leur musique. Pourquoi ? Sommes nous au déclin de l’époque des CD?

En effet de nos jours, moins en moins de mélomanes utilisent des CD pour écouter la musique, très peu d’entre eux possèdent des DVD ou des voitures dotés de lecteurs CD. Quel est la véritable plus value qu’un certain nombre de CD gravés soient obligatoire pour une déclaration au BBDA ? Le format CD utilisé porte t’il une autre utilé que celle commerciale aujourd’hui ? L’achat des CD aujourd’hui n’est-il pas symbolique qu’autre chose ? J’ai acheté 50 CD, 100 CD, pour ensuite les distribuer a des gens qui ne les écouterons peut-être jamais plus d’une fois. Qu’elle est aujourd’hui la plus value des CD dans l’industrie musicale Burkinabè ?

Autant de questions qui posent la problématique de l’importance actuelle, réelle, des CD dans notre industrie et exige une réflexion profonde sur un nouveau système de vente de notre musique. Le mélomane lambda d’aujourd’hui n’a pas une voiture avec lecteur cd et les artistes doivent pouvoir vivre de leur art par la vente de leurs oeuvres. Des initiatives personnelles sont prises par certains artistes qui vendent leur musique par WhatsApp mais nous restons convaincu que le ton d’une vraie révolution a ce niveau ne pourra être engagée que par l’administration publique. Le gouvernement a en effet le pouvoir d’imposer des réformes, et a les moyens de communication a sa disposition pour la sensibilisation. Vivement un système de vente numérique de musique initiée par BBDA et le Ministère de la culture pour résorber ce problème qui est un gros caillou dans le rouage de l’industrie musicale Burkinabè.

NB: Image d’illustration. Agozo n’a rien a voir avec ce post. Ceci est une analyse socioculturelle indépendante.

#JodalaBoss #MBC2020

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :